(c) Nat Urazmetova

« Chef d’œuvre inattendu de cette fin d’année, Four Stones s’impose comme un très beau disque de folk ambiant » – Mathieu Gandin, POPNEWS

« Dans son style de son exécuté sur une Telecaster, on pense à Vini Reillly de Durutti Column et à Robert Fripp de King Crimson. Un son de guitare claire et technique qui nous fait voyager mentalement.«  – Paskal Larsen, FOUTRAQUE

« Privilégiant les textures sonores et un sens de l’espace d’une grande finesse à la démonstration virtuose, les mélodies hors du temps et en apesanteur sinuent entre British folk fantomatique, post-rock cosmique, musique modale méditative et mirages désertiques, susceptibles de laisser poindre de sourds contrepoints percussifs comme sur l’épique morceau titre » – Christophe Libouban, ABUS DANGEREUX

« Picking, pédales d’effet, bourdons, tous les moyens sont bons à Dean McPhee pour faire étalage de son talent unique de guitariste dont les influences vont chercher dans des directions aussi différentes que les orfèvres du folk britanniques, le post-rock, le blues africain ou le jazz. » – LE PETIT BULLETIN

« Du blues électrique rêche, aride […]. On retrouve quelques similitudes avec Loren Mazzacane Connors, avec James Blackshaw, des notes envolées sur un tapis de vibrations mises en boucle. […] Un disque beau comme un soleil d’hiver… » – Cyrille Lanoë, REVUE & CORRIGEE

« Dean McPhee est un guitariste essentiellement électrique, qui emmène sa Telecaster dans de fascinantes contrées réverbérées et minimalistes. » – Paul Ramone, PINKUSHION

« Définitivement un des stylistes contemporains de guitare les plus en pointe au Royaume-Uni, et dans le monde » – Steve Barker, WIRE

« Un des guitaristes solo les plus intéressants au Royaume-Uni » – John Mulvey, UNCUT

« Aussi magnifique que le Fully Qualified Survivor de Michael Chapman, le meilleur de John Fahey et John Martyn, et les lignes les plus méditatives que Richard Thompson aie pu écrire ». – Jedd Beaudoin, POPMATTERS

Four Stones • Hood Faire, 2018

Dean McPhee est un guitariste électrique britannique qui a développé en autodidacte une pratique fort personnelle de sa Telecaster au fil d’années d’improvisation et d’expérimentation.
John Mulvey d’Uncut Magazine dit de lui qu’il est « aujourd’hui l’un des guitaristes solo les plus intéressants du Royaume-Uni ».
Il déploie lentement des lignes mélodiques de picking fluide tout en faisant appel au bourdon et aux effets d’échos. Ses instrumentations l’entraînent tant vers le British folk que vers la musique cosmique, le post rock, et parfois le blues d’Afrique de l’Ouest et le jazz modal.
Son troisième album « Four Stones » sera publié en novembre 2017 par un label dont il est le cofondateur, Hood Faire.

Dean a parcouru en tournée le Royaume-Uni avec Thurston Moore, Michael Chapman ou encore Wolf People, et a partagé l’affiche au fil des années avec Acid Mothers Temple, Lichens, James Blackshaw, Emeralds, Eric Chenaux, Josh T Pearson, The Magic Band, Sharon Van Etten, Michael Hurley, Josephine Foster, Meg Baird, Bohren and der Club of Gore et Charalambides…